Tags Articles avec les TAGS "essai"

essai

Conçue en partenariat avec Sébastien Chaigneau, la Cébé S’Track possède bien entendu de fortes aptitudes pour la course à pied. Seulement, nous avons voulu la confronter à l’une des disciplines les plus exigeantes pour les lunettes : le VTT.

Nouveauté sortie au printemps 2013, la Cébé S’Track est dédiée à la pratique régulière voir professionnelle du trail running et de l’ultra trail. Pour la concevoir, Cébé s’est associé au coureur professionnel Sébastien Chaigneau. Après plusieurs mois de développement, les lunettes voient le jour et se démarquent de la concurrence par leur maintien redoutable. Un maintien si redoutable que nous nous devions de les soumettre à l’épreuve ultime : une sortie bien engagée en VTT.

Technologie Symbiotech et verres interchangeables:

strackDepuis plusieurs mois, Cébé propose des modèles équipés de la technologie Symbiotech. Il s’agit d’une seconde branche souple rapportée à l’intérieur de la branche standard. Cette seconde branche enveloppe le crâne de manière stupéfiante et assure ainsi un maintien à toute épreuve. Vous pouvez remuer la tête dans tous les sens, les lunettes ne bougent pas.
Les Cébé S’Track sont disponibles en deux tailles (Large et Small) afin de s’adapter à tous les visages.
Comme sur les modèles Cinetik et Wild, les verres sont interchangeables en un tourne main. Il suffit de tirer dessus pour les libérer. Dans le feu dephoto 2 l’action, il faut moins d’une minute pour changer les deux verres.
Les S’track sont livrées avec deux paires de verres : une paire photochromique de catégorie 1 à 3 ou 2 à 4 et une paire transparente légèrement miroitée. Compte tenu de la météo très changeante durant ce test, nous avons pu essayer les verres photochromiques allant de la catégorie 2 à 4 ainsi que les transparents.

En plus de tout cela, les S’Track sont équipées de plaquettes nasales en caoutchouc strié.
Le poids de l’ensemble est de 26g, soit un poids très raisonnable par rapport à la concurrence.

En situation :

Les lunettes trouvent rapidement leur place et se glissent sans problème sous les sangles du casque (un Urge EnduroMatic dans mon cas). Grâce à leur poids contenu elles se font oublier très rapidement et ne créent aucun point de compression sur le nez.
Dès la première montée, on est surpris par l’excellente ventilation qui protège les lunettes contre la formation de buée, même à l’arrêt après un effort intense.
En descente, même dans les pires pierriers et après plusieurs marches sautées un peu sauvagement, les lunettes ne bougent pas. Le maintien est si bon que l’on jurerait porter un masque MX. En revanche, à haute vitesse (une portion de route entre deux chemins), l’air s’infiltre derrière les verres et gêne quelque peu.

La question des verres :

photo 4En théorie les verres photochromiques de catégorie 2 à 4 sont recommandés pour la haute montagne et le très beau temps (ce qui n’était pas le cas lors du test). Cependant, ils sont révélés très agréables, même en forêt où ils permettent de voir clair (pourvu qu’il fasse beau, encore une fois). Il leur faut une 20 aine de secondes pour s’éclaircir ce qui les situe dans la moyenne. Sitôt le ciel couvert, les verres transparents prennent le relais afin de protéger les yeux de la boue sans assombrir le décor.

En conclusion, Cébé est parvenu à créer de vraies lunettes de soleil de sport, capables de bien plus que le sport pour lequel elles sont conçues initialement. Leur redoutable maintien, l’excellente ventilation et les verres en font une paire de lunettes idéales pour faire du VTT, même engagé.
Qui plus est, leur rapport qualité prix est très intéressant puisqu’elles sont toutes disponibles pour une centaine d’euros environs.

Les plus :
Poids
Maintien
Ventilation
Confort
Verres photochromiques

Les moins :
Verres parfois trop foncés
Protection contre le vent un peu juste à haute vitesse

Lunettes de soleil Oakley Twenty 2012
Les Oakley Twenty 2012

Après plusieurs années d’absence, la Oakley Twenty, modèle mythique de chez Oakley, réapparaît cette année avec un design plus moderne mais des caractéristiques inchangées.

La Oakley Twenty première génération fut créée par Oakley au début des années 2000. Malgré un design assez conventionnel, le succès commercial fut monumental. La monture enveloppante mais discrète, les proportions parfaites, le confort étaient sans doute les clés de la réussite. Après avoir été sorti de collection il y a quelques années, les Oakley Twenty reviennent en 2012 avec un nouveau design et de nouvelles spécificités.

Les Oakley Twenty première génération

Le premier coup d’œil sur ces lunettes nous amène en territoire connu : on reconnaît très franchement les verres ovales ainsi que les branches de la Twenty première du nom. Les plaquettes nasales ainsi que la moitié des branches sont recouvertes d’Unobtainium (caoutchouc spécifique à Oakley). Ce matériau doux et agréable au toucher est également très adhérent, surtout lorsqu’il est humide. La transpiration de votre visage permettra donc d’améliorer la tenue de vos lunettes.

Vu de haut, les nouvelles Oakley Twenty forment pratiquement un cercle. Il n’y a donc pas de craintes à manifester concernant leur capacité à couvrir les côtés des yeux. Les branches arrondies, que l’on retrouvait déjà sur le modèle original, favorisent le maintien en limitant la pression sur les tempes et les côtés du crâne. Enfin, la largeur de la monture les destine avant tout aux porteurs ayant un visage de taille petite ou moyenne. Les femmes ou même les adolescents recherchant des lunettes de soleil couvrantes adaptées à la pratique des sports et surtout aux petits visages seront ravis.

Concernant les verres, Oakley a choisi de mettre l’accent sur les best sellers avec une forte présence des verres Positive Red Iridium, Black Iridium et Bronze, tous disponibles avec filtre polarisé en option.

Oakley revisite son histoire à défaut de nous proposer un véritable nouveau modèle. Les caractéristiques du modèle original, clés de son succès, sont respectées et associées à un design revu pour être plus moderne. Alors même s’il ne s’agit là que d’un restylage, nous pouvons dire qu’Oakley à réussi son coup et que nous sommes bien content de retrouver la Twenty.

Lunettes de soleil Vuarnet VL1105Depuis sa création, la marque Vuarnet s’évertue à associer un design néo rétro très classe avec des verres techniques. Les lunettes de soleil Vuarnet VL1105 sont le parfait exemple de cette association.

Au premier regard, la signature visuelle de Vuarnet saute aux yeux. Le « V » chromé surplombant le nez, les logos « PX » sur les branches et les gravures au laser sur le haut des verres sont bien là et sont magnifiés par la robe noire brillante, rappelant des touches de piano, que revêt ce modèle. Comme sur toutes les productions Vuarnet récentes, la finition est remarquable, que ce soit au niveau des assemblages ou de la qualité perçue des matériaux.

Les verres sont de forme rectangulaire et présentent une très légère courbure. La partie entre les deux verres est très légèrement en retrait, créant une défonce mettant en valeur le « V » chromé. Une fois portée, ces lunettes s’avèrent bien équilibrées, malgré les verres en verre minéral qui équipent notre modèle. Bien qu’en plastique, les plaquettes nasales ne viennent pas comprimer le nez et assurent un excellent maintien, qui est renforcé par les branches dont la partie terminale vient se loger derrière l’oreille. Même si ce n’est pas leur principal usage, ces lunettes font immédiatement penser au yachting (surtout avec le verre Nautilux) et aux sports chics comme le golf ou le tennis. Les VL1105 sont de véritables lunettes de soleil polyvalentes, agréables à porter en ville, en montagne ou au bord de la mer. Elles pourront même s’accommoder de quelques sorties sportives pourvu qu’elles ne soient pas trop remuantes.

Que vous soyez sur le pont de votre bateau, dans les tribunes de Roland Garros ou sur les pistes de ski de Courchevel, les lunettes de soleil Vuarnet VL1105 vous suivront et vous procureront un maximum de confort.

[button link= »http://www.lunettes-de-soleil.fr/recherche.php?reqw=Jury » bg_color= »#e352e3″ border= »white »]Achetez ici vos lunettes de soleil Oakley Jury[/button]

Vous avez toujours rêvé d’avoir une paire de lunettes de soleil faite en aluminium mais les Oakley Elite C-Six étaient bien trop chères ? Et bien cet été, il sera possible de se procurer les lunettes de soleil Oakley Jury, elles aussi faites d’aluminium mais proposées à partir de 200 euros. Regardons ensemble si ces lunettes tiennent toutes leurs promesses.

A coup sûr une paire de lunettes de soleil Oakley

A première vue, les lunettes de soleil Oakley Jury respectent bien les standards de la marque. La forme rappelle approximativement celle de la Jupiter, avec toutefois des verres plus carrés sur la partie inférieure. Les branches au style élancé s’intègrent parfaitement au cerclage des verres et créent un ensemble cohérent qui charme l’œil.
Comme sur de nombreux modèles, on retrouve les manchons de branche en Unobtainium©. Ce caoutchouc doux au toucher possède la particularité de voir son adhérence augmentée au fur et à mesure que le taux d’humidité augmente. Ainsi, même lorsque vous transpirerez, ces lunettes ne quitteront pas votre visage. Les plaquettes nasales sont fabriquées dans le plastique O-Matter© de la marque qui possède un toucher doux et procure un maintien sûr.
La finition est à la hauteur de la réputation d’Oakley dans le domaine, c’est-à-dire exemplaire. Tout est parfaitement assemblé, ce qui permet à ces lunettes de soleil d’accéder au cercle très fermé des lunettes de soleil haut de gamme.
Pour finir, Oakley à pensé à inclure son logo en métal sur les côtés de la lunette. Sans être trop présent, ce logo est bien visible et confirme que ces lunettes sont bel et bien des lunettes de soleil Oakley.

La révolution métallique

La véritable valeur ajoutée de ces lunettes, justifiant à elle seule le prix, c’est l’utilisation du métal dans la fabrication des branches. Rien de bien nouveau me direz vous, les Aviator, les C-wire ainsi que plein d’autres modèles de chez Oakley sont avec des montures en métal. Certes oui, mais il s’agit ici de la première paire de lunettes de soleil à monture épaisse faite en métal.
Afin que les lunettes de soleil Oakley Jury conservent un poids raisonnable, les américains ont décidé d’utiliser un alliage d’aluminium léger et résistant. Le pari est réussi puisque ces lunettes sont à peine plus lourdes qu’une paire équipée de lentilles en verre minéral.

Quid du confort

Le poids de la lunette est équitablement réparti sur les branches et le nez. Ainsi, ces lunettes resteront confortables plusieurs heures durant. Les manchons en Unobtainium© font bien leur travail et maintiennent les lunettes efficacement sur le nez.
L’utilisation du métal ne se répercute pas sur le confort, à moins que vos lunettes aient pris le froid pendant toute une nuit dans une camionnette de livraison (ce qui fut notre cas). Dans ce cas, les lunettes sont froides et contrairement au plastique, il faudra plusieurs minutes pour qu’elles arrivent à la même température que le visage.

En bref, Oakley signe ici un quasi sans faute. L’utilisation du métal est un plus indéniable qui sera de plus garant d’une grande longévité. Les Oakley Jury sont disponibles dans trois coloris (bronze, silver et noir mat) avec au choix des verres normaux ou polarisés (à partir de 259€).
Une paire de lunettes intéressante qui plaira aux amateurs de matériaux nobles.

1945

[button link= »http://www.lunettes-de-soleil.fr/matos/lunettes_de_soleil+cats+cats_5000+ray_ban.htm » bg_color= »#e352e3″]Acheter ces lunettes de soleil en lign[/button]

Elles sont partout, les lunettes de soleil Ray-Ban Cats 5000 sont en train de nous envahir. Dès cet été, ce sera le Must Have de la lunette de soleil. Vous ne connaissez pas ces lunettes de soleil ? Vous avez du mal à vous décider ?

Depuis son rachat par le groupe italien Luxottica, Ray-Ban met un point d’honneur à produire des lunettes de soleil haut de gamme à des prix raisonnables. La lunette de soleil Ray-Ban Cats 5000 ne déroge pas à cette règle. Dès la monture sortie de son étui en cuir, on remarque le poids de ces lunettes, gage de solidité et de qualité. Petit bémol, vu la taille des verres et de leur cerclage, les lunettes sont un peu déséquilibré, le poids étant majoritairement réparti sur l’avant.

La finition est ici exemplaire. Nous sommes bien loin de celle proposée par les américains avant le rachat par Luxottica. Les ajustements sont ici parfaitement réalisés, notamment au niveau de l’articulation des branches. Les deux parties de la monture sont parfaitement alignées. On ne voit pas un millimètre de décalage entre les deux parties de la monture. Les rivets qui permettent de maintenir la branche à la charnière ont été limés afin de proposer des branches aussi lisses que possible. Enfin, le petit détail qui fait tout, le logo Ray-Ban en métal n’est pas collé sur la branche (comme sur les Wayfarer par exemple) mais enfoncé dans le plastique de la branche. En bref, la finition est époustouflante, on pourrait même croire à du fait main.
Malgré le poids important de ces lunettes, le maintien sur le nez est très bon. Les plaquettes larges, soudées à la monture ainsi que les branches recourbées font très bien leur travail.

Non contente de posséder l’un des looks les plus en vogue du moment, ces lunettes de soleil Ray-Ban Cats 5000 proposent une finition exceptionnellement soignée. Les verres de grande taille protègeront efficacement les yeux des rayons UV. Malheureusement, ces lunettes n’étant pas galbées, la protection latérale est assez moyenne.
Je pense que vous l’avez compris, il ne faut pas passer à côté de ces lunettes cet été. Une paire de lunettes de soleil qui durera plusieurs années…

3938

[button link= »http://www.lunettes-de-soleil.fr/matos/lunettes_de_soleil+adultes+plaintiff+oakley.htm » bg_color= »#e352e3″]Acheter ces lunettes de soleil en lign[/button]

La lunette de soleil Oakley Plaintiff fait partie des nombreuses nouveautés Oakley pour l’été  2011. Après avoir révolutionné le monde de la lunette de soleil de sport, en innovant sur les formes et sur les matériaux, Oakley à cette fois ci décidé de revisiter une forme connue de tous : la mythique Aviator.

Cet année, Oakley semble vouloir s’attaquer fermement au milieu des lunettes de soleil de mode en commençant par les modèles pour femmes (Oakley Beckon par exemple). Mais quand est-il des hommes ? Sommes-nous donc réduits à porter des lunettes de sport ? Et bien non, car Oakley à dévoilé récemment une monture qui va en séduire plus d’un : la lunette de soleil Oakley Plaintiff.

[quote]Oakley a réussi le pari de transformer de sages aviators en lunettes de soleil High Tech et agressives[/quote]

Avec sa forme très inspirée de la mythique Aviator et ses matériaux novateurs, la Oakley Plaintiff joue la carte de lalunette de soleil Vintage remise au goût du jour (un peu comme la Mini, ou la NewBeatle). De manière générale, la Oakley Plaintiff reprend les traits de l’Aviator tel que Ray-Ban l’avait conçu. Par contre, lorsque l’on se penche sur les détails, on remarque un grand nombre de différences :

Les branches :

Oakley à conçu la Plaintiff avec des branches plus épaisses, afin de renforcer le côté massif que la marque aime à donner à tous ses modèles. Les logos Oakley sont embossés dans  la charnière et ne sont par conséquent pas trop voyants. On remarque très vite le système de charnière mis au point par Oakley et qui permet aux branches d’avoir une grande flexibilité.

Le pont :

Ce qui fait le charme des Aviator, en dehors de la forme des verres, c’est cette barre qui relie les deux verres au niveau du pont. Ici, Oakley l’a voulu plus épaisse, plus agressive afin que la Plaintiff ressemble vraiment à une Oakley.

Une fois portée, on s’aperçoit que la Oakley Plaintiff est adaptée aux visages moyens à larges. La protection sur les côtés est nettement meilleure que sur le modèle original, mais n’atteint pas les standards de la marque. En même temps, cette lunette n’est  pas destinée à être portée lors d’activités sportives poussées.
Le poids contenu de la Plaintiff la rend très agréable sur le nez, et les verres ne viennent pas en contact avec les pommettes, chose qui est regrettable sur bon nombre de modèles de type Aviator.

Vous l’aurez compris, la Oakley Plaintiff est un modèle pour les amateurs de lunettes Vintage revues au goût du jour, avec un parti pris agressif et massif. Il s’agit d’un très bon modèle pour tous ceux qui recherchent une paire de lunettes de soleil qui sera à la mode cet été et qui en plus utilise des matériaux nobles. Après Smith et sa Serpico, Von Zipper et sa Fernstein, il faudra compter sur Oakley et sa Plaintiff.

Achetez ici vos lunettes Julbo.

Nous vous avions déjà parlé de la célèbre marque française Julbo. Par contre, jamais encore nous n’avions consacré un test entier à un modèle Julbo. Pour cette première fois, nous avons opté pour le modèle Run équipé de verres Cameleon.

Une finition exemplaire

Initialement conçues pour la pratique du VTT, la Julbo Run possède une forme enveloppante, un champ de vision très large, et un nez ainsi que des branches ergonomiques en caoutchouc doux. Mais ne vous inquiétez pas, ces lunettes seront également à l’aise en randonnée ou portées tous les jours.
Depuis de nombreuses années, la main d’œuvre française s’est fait un nom en faisant montre d’une certaine minutie. Eh bien les lunettes de soleil Julbo Run ne dérogent pas à cette règle.
Les matériaux utilisés (nylon et caoutchouc) sentent bon la qualité et la solidité. Le caoutchouc doux permet aux lunettes de rester bien stable sur le nez ce qui sera un point positif pour les sportifs.
La finition est de très bonne qualité, notamment grâce à des assemblages soignés qui mettent en valeur les lignes de cette monture.
Le logo Julbo chromé est bien visible mais ne choque pas et ajoute un petit plus au look général de la monture.

Des verres extraordinaires

Le modèle que nous testons aujourd’hui est le J370514, équipé de verres Cameleon. Comme son nom l’indique, ce verre peut s’adapter à toutes les situations puisqu’il s’agit d’un verre photochromique. Rappelons que les verres photochromiques se teintent plus ou moins en fonction de la luminosité et du taux  d’ultraviolets reçu. Les verres Julbo Cameleon peuvent varier de la catégorie 3 à 4, ce qui leur confère la possibilité d’être portés lorsque l’ensoleillement est très important (en haute montagne par exemple). Ces verres vous plaisent déjà, attendez vous n’avez rien vus parce que en plus de leur traitement photochromique, les Julbo Cameleon possèdent un filtre polarisant. Grâce à ce dernier, tous les reflets gênants seront supprimés. Lorsque vous regardez une flaque d’eau ou toute autre surface plane et que le soleil se réfléchit dedans, vous ne verrez qu’un halo lumineux. Avec les verres polarisés, vous ne verrez plus ce halo lumineux mais le fond e la flaque d’eau. En plus de cette caractéristique, les verres polarisés augmentent le contraste et augmentent sensiblement le confort visuel.
Pour parfaire sa copie, Julbo à ajouté un traitement antibuée sur la surface intérieure du verre afin que votre champ de vision reste parfait en toute circonstance.

Qu’en est-il du confort d’utilisation ?

Portées, ces lunettes s’avèrent particulièrement enveloppantes et protégeront donc efficacement les yeux des rayons parasites qui s’infiltrent parfois entre la monture et le visage. La monture est bien stable sur le visage et sera donc apte à subir les pires traitements lorsque vous vous adonnerez à votre sport favori. Le poids contenu et les patins ergonomiques évitent que les lunettes ne tombent sur l’avant du nez et que vous soyez par conséquent obligés de les remonter toutes les 5 minutes.
Les verres photochromiques s’adaptent assez rapidement aux conditions d’ensoleillement et seront certainement très agréable pour tous les cyclistes ou VTTistes.
Vous l’aurez compris, pour un visage comme le mien, les Julbo Run s’avèrent particulièrement confortable.

Imaginez-vous en train de dévaler une piste de VTT de descente ou alors que vous êtes en train de conduite et qu’un tunnel est en approche, avec ce verre, vous n’aurez pas à enlever vos lunettes.  Vous l’aurez compris, ces lunettes sont un très bon produit adaptées aussi bien à la pratique intensive de sports qu’à un usage quotidien.


On aime :
– La finition
– La forme
– Le confort
– L’efficacité des verres Cameleon

On regrette :
– L’absence d’étui rigide
– Les verres qui ne descendent pas en dessous de la catégorie 3 (sauf dans le cas des verres Zebra qui eux, ne sont pas polarisés mais restent photochromiques).

N.B. : chaque personne ayant un visage différent, certaines affirmations citées ci-dessus pourront varier en fonction du porteur. Ces informationss ne sont données qu’à titre indicatif.