Tags Articles avec les TAGS "jawbreaker"

jawbreaker

5076

Elles peuvent paraître secondaires, pourtant les lunettes de soleil pour le VTT sont particulièrement importantes. Non seulement elles protègent les yeux des projections de pierre, de boue ou de poussière mais elles sont également en charge de la transmission de la lumière afin de discerner au mieux les pièges de la piste. L’offre grandissante dans ce secteur a de quoi rendre difficile le choix. Nous avons par conséquent sélectionné 5 modèles qui sont selon nous les plus adaptés à la pratique.

Une paire de lunettes de soleil pour la pratique du VTT doit avant tout offrir un maximum de maintien sur le visage. Les soubresauts causés par la piste sont en effet souvent à l’origine d’une descente des lunettes le long de l’arrête nasale. Un aspect que beaucoup de VTT-tistes connaissent et n’apprécient guère puisqu’il oblige à remettre les lunettes avec une main et donc à lâcher le guidon. Les modèles adaptés à la pratique du VTT sont le plus souvent équipés d’inserts en caoutchouc sur les branches et les plaquettes nasales pour garantir une excellente adhérence sur le visage.
En plus du maintien, les lunettes pour le VTT doivent offrir une bonne protection contre les éléments. La vitesse, les projections d’eau ou de poussière peuvent atteindre les yeux et gêner le pilote. Les lunettes doivent donc envelopper le regard le plus possible pour éviter toute incursion dans la zone des yeux.

Autre aspect désagréable lors d’une sortie : la buée. Souvent, celle-ci apparaît à l’arrêt ou lors d’un effort plus soutenu (côte à gravir par exemple). Son apparition à l’arrêt est souvent inévitable, puisqu’elle résulte d’une disparition du courant d’air parcourant les lunettes de bas en haut pour chasser l’air humide. En revanche, un modèle conçu pour le VTT devra garantir l’absence de buée pendant l’effort, dès que le vélo est en mouvement.

Enfin, les verres constituent le dernier critère de choix. Ils doivent offrir une bonne visibilité en toutes circonstances et protéger les yeux contre le soleil. Beaucoup de modèles ont aujourd’hui recours aux verres photochromiques ou aux verres interchangeables s’adaptant tous deux aux conditions de luminosité.

Les 5 modèles les plus adaptés au VTT

 

1 – Oakley Jawbreaker

oakley jawbreaker

Nouveauté 2015 de la gamme Oakley Sport, les Oakley Jawbreaker ont été spécialement conçues pour le cyclisme et le VTT. Elles ont été développée en partenariat avec de nombreux athlètes dont Mark Cavendish afin de s’assurer d’un niveau de performances élevé et surtout que ce nouveau modèle réponde parfaitement aux exigences des professionnels. Leur look futuriste est le fruit du mélange entre un écran panoramique offrant une vision dépourvue d’obstacles (monture invisible) et un système de changement rapide de l’écran. En plus de cela, elles offrent des branches très fines dont la longueur est réglable pour offrir une compatibilité parfaite avec les casques.
Équipées du nouveau verre Prizm Trail, elles sont redoutables

On aime:
  • Le large champ de vision
  • Le confort
  • Les branches réglables
  • La protection contre les éléments
  • Le verre Prizm Trail
  • La bonne ventilation

 

On regrette :
  • Le look trop typé sport

2 – Julbo Stunt

Julbo Stunt

Il n’est pas facile de détrôner les Julbo Stunt, l’un des modèles préféré de nombreux VTT-tistes. Leur forme passe partout permet de les porter en toutes circonstances, mais leur véritable passion, ce sont les chemins. Leur maintien à tout épreuve, les branches fines et confortables, la parfaite protection latérale des yeux, tout semble conçu pour le VTT. Le verre photochromique Zebra est toujours aussi performant, offrant une excellente luminosité dans les zones d’ombre et une bonne protection en plein soleil. Une paire de lunettes à tout faire, montagne, VTT, ski, escalade, etc.

 

On aime :
  • La polyvalence
  • Le confort
  • Le maintien
  • Le look passe partout
  • L’excellente ventilation
  • Le verre photochromique zebra

 

On regrette :
  • Des coloris un peu fade
  • L’absence d’un système de verres interchangeables

 

3 – Cébé S’track

cébé s'track

Malgré un modèle conçu pour le VTT, la S’Print, ce sont les Cébé S’Track de Trail running qui sont les plus agréables à porter pour le VTT. Leur forme permet une ventilation exceptionnelle, même à faible allure. Le système de double branches Symbioz offre un maintien extraordinaire, d’autant plus qu’il est complété par des plaquettes nasales en caoutchouc très adhérentes. Le système de changement de verre vient compléter un tableau quasi sans faute
Côté verres, certains modèles proposent des verres photochromiques Vario Perfo allant de la catégorie 1 à 3. Ces derniers seront parfait pour une utilisation en VTT en forêt ou en zone dégagée pourvu que le soleil ne soit pas trop franc. Ils seront en revanche un peu trop clair si vous appréciez le VTT en bord de mer. Ils sont généralement associés à une seconde paire de verres clair parfait pour le mauvais temps.

 

On aime :
  • Le confort
  • Le maintien
  • L’excellente ventilation
  • Le système de changement rapide de verres
  • Le poids très contenu

 

On regrette :
  • Les verres photochromiques trop clairs
  • Les double branches Symbioz qui peuvent créer une gêne au niveau des sangles du casque

 

4 – Smith Pivlock Arena

Smith Pivlock Arena

Après les casques avec les Forefront et Overtake, Smith s’attaque aux lunettes de soleil pour le VTT et le cyclisme avec les Pivlock Arena. Au programme, un large écran pour une vision sans obstacles, des branches fines et des inserts en caoutchouc pour un excellent maintien sur le visage.
Mais Smith a également souhaité attraper le train déjà en marche des systèmes de changement rapide de verres. Smith a choisi un système mécanique, proche de celui utilisé par Oakley pour maintenir son écran place tout en laissant l’écran libre de toute monture.

 

On aime :
  • La finition
  • Le confort
  • Le large écran sans monture
  • La ventilation

 

On regrette :
  • L’absence de verres photochromiques
  • Le look trop futuriste

 

5 – Julbo Venturi

Julbo Venturi

Malgré la présence d’autres modèles pour la pratique du VTT, comme les Stunt, les Julbo Venturi ont retenu notre attention. Leur monture minimaliste y est pour beaucoup puisqu’elle permet à ces lunettes d’être particulièrement légères tout en gardant un bon niveau de maintien. Rien de bien étonnant lorsque l’on sait que ces lunettes sont avant tout conçues pour le trail running.
Comme toujours, les verres Julbo brillent par leur confort et leur efficacité, conférant à ces lunettes une plage d’utilisation très large.

 

On aime :
  • Le confort
  • Le poids
  • La ventilation
  • Le maintien sur le visage
  • Les verres de très bonne qualité

 

On regrette :
  • Le look extrême
  • Les verres non interchangeables
  • Les coloris limités

Nous avons fait tester ces lunettes de soleil Julbo Venturi à un pro du test, voici son avis: Test Julbo Venturi

 

En peu de temps, toutes les marques ont proposé des lunettes à verres interchangeables. Mais qu’offrent-elles réellement ? Quels sont leurs avantages et inconvénients ? A qui s’adressent-elles ? Nous nous sommes penchés sur ces lunettes qui rencontrent un franc succès ?

oakley jawboneL’histoire des lunettes à verres interchangeables commence avec les Oakley Jawbone. Il y a certes eu d’autres modèles avant, mais ces Oakley ont apporté une nouvelle vision du changement de verre. Avec elles, plus besoin de procéder au changement chez soi au dessus d’une table. Le changement est devenu si facile et rapide que l’on peut le faire en cours de sortie pour s’adapter à la luminosité ambiante. Et pour parvenir à cette souplesse d’utilisation, Oakley avait complètement repensé la monture, incluant des charnières et des loquets permettant de garantir un excellent maintien du verre et surtout une usure très limitée des pièces.

Les systèmes à loquet

oakley jawbreakerLes loquets servant à maintenir les verres ou une partie de la monture ont d’abord été utilisés par Oakley, sur le modèle Jawbone puis Radarlock, Racing Jacket, Fast Jacket et plus récemment les Jawbreaker. Oakley a choisi de miser sur ce système afin de garantir un maintien des verres optimal et surtout une meilleure résistance à l’usure. Contrairement aux systèmes basiques, avec lesquels les verres sont clipsés à force, les systèmes à loquets s’usent beaucoup moins vite.

Hormis Oakley, peu de marques se sont lancés dans la conception de lunettes à verres interchangeables équipées de loquets. On saluera la tentative de Smith avec la Pivlock Overdrive qui est l’un des seuls modèles à offrir un maniement et un fonctionnement agréable et efficace.

jawbreaker

Les systèmes à clips

 

cébé strackCompte tenu de leur facilité de fabrication et donc du faible coût associé, les systèmes à clips sont les plus répandus. Le plus souvent, ils reposent sur une insertion « en force » du verre dans la monture. Pour garantir un bon maintien du verre dans sa position, les fabricants recourent à des découpes dans le verre en forme de crochet qui, une fois insérées dans la monture, ne bougeront plus. Cette méthode est par exemple largement utilisée par Cébé sur ses modèles Wild ou S’track. En dépit des apparences, le changement de verre est très facile, une fois le coup de main acquis. En revanche, on peut reprocher à ce système son usure assez rapide comparée aux systèmes à loquets. L’insertion à force dans le plastique de la monture finit par créer une usure qui nuira à terme à la bonne tenue des verres.

D’autres systèmes à clips permettent de maintenir les branches dans une position verrouillant les verres. Il faut alors actionner les branches pour libérer le verre comme c’est par exemple le cas avec les nouvelles Smith Pivlock Arena.

Les lunettes de soleil à verres interchangeables s’adressent avant tout aux sportifs. L’objectif n’est pas de métamorphoser visuellement les lunettes mais d’adapter les verres aux conditions de luminosité pour une vision optimale. Et en cela, le pari est réussi. Car ces lunettes offrent réellement un confort d’utilisation très appréciable lorsque l’on part pour un trail sur une journée, ou une sortie VTT où la météo oscille entre beau et mauvais temps. Ces lunettes offrent une alternative très intéressante aux verres photochromiques, certes très efficace mais incapables de couvrir la même plage de luminosité que les lunettes à verres interchangeables. Nous avons pu utiliser les deux ces dernières années, que ce soit en VTT ou en running. Il faut admettre que les verres photochromiques vont s’adapter automatiquement à la luminosité, offrant ainsi une vision normalement parfaite. Mais leur faiblesse réside dans leur amplitude. Même les meilleures références capables de couvrir de la catégorie 2 à 4 sont soit trop clairs soit trop foncés, selon les yeux de chacun.
Une faiblesse que les lunettes à verres interchangeables ne connaissent pas.

 

3763

Préparation exceptionnelle, vélos sur mesure, équipement personnalisé mais…lunettes de soleil normales. Et non, le matériel utilisé par les coureurs du circuit pro tour n’est pas toujours hors de portée. La preuve en est avec les lunettes de soleil de cyclisme.

C’est peut être l’une des seules choses utilisées par les coureurs du Tour de France que tout le monde ou presque peut s’offrir. Les lunettes de soleil des coureurs professionnels n’ont rien d’exceptionnelles dans le sens où tous les fabricants les proposent à la vente. Et contrairement aux idées reçues, ces lunettes ne sont pas seulement proposées aux coureurs pour faire de la publicité à leur sponsor. Elles offrent des performances exceptionnelles sur route. Et bien entendu, lorsque l’on parle de performance et de sport, Oakley est souvent de la partie.

L’hégémonie d’Oakley

oakley radarlockOakley est depuis plusieurs années la marque la plus représentée sur le Tour. Mais cette année, la marque à l’ovale est réellement omniprésente, et sur les coureurs les plus médiatisés qui plus est. Christopher Froome, Mark Cavendish, Thibaut Pinot, Peter Sagan, Rafal Majka ou Alberto Contador comptent parmi les ambassadeurs d’Oakley sur le Tour 2015.

Avec la sortie récente des Jawbreaker, il n’y a rien d’étonnant à voir que ce modèle est le plus représenté sur le peloton. Surtout, il a été spécialement développé pour le cyclisme en partenariat avec plusieurs coureurs dont Mark Cavendish.

On trouve également de nombreuses Radarlock et Radar, portées entre autres par Christopher Froome ou Warren Barguil.

oakley radar

 

Et les autres ?

Beaucoup de coureurs ont décidé de faire confiance à Bollé. Depuis quelques années, la marque française mise beaucoup sur le cyclisme avec ses modèles Vortex et 6th sense. Même si elles n’équipent pas tous les cyclistes les plus médiatisés, les lunettes Bollé s’offrent un joli coup de pub avec Romain Bardet, très en vue depuis 3 saisons dans le circuit pro tour et qui ne quitte pas ses Vortex, tout comme Tony Gallopin. 

bollé 6th sense

On peut également constater la présence de Salice sur plusieurs coureurs, qui grâce à son modèle 006 continue à proposer un modèle à l’excellent rapport qualité/prix.

Bien entendu, d’autres marques sont représentées sur le Tour de France. Mais il faut admettre qu’à elles seules, ces trois marques constituent 90% des lunettes utilisées. Et au sein de ces 90%, Oakley représente facilement 70% des références utilisées. Et le marketing n’est pas la seule raison, croyez-nous.

La technologie Switchlock maintenant bien maîtrisée, Oakley cherche à l’intégrer à des modèles plus réussis visuellement et complémentaires de sa gamme Sport. Les nouvelles Oakley Jawbreaker représentent une fois de plus le tour de force capable dont Oakley est capable lorsqu’il s’agit de satisfaire les sportifs de haut niveau.

Une monture résolument pensée pour le vélo

Un simple regard sur les Jawbreaker suffit à comprendre qu’elles sont taillées pour le cyclisme ou le VTT. L’aspect général rappelle d’ailleurs les M-Frame et autres Radarlock, les lunettes les plus répandues sur le tour de France. Les connaisseurs de la marque verront un air de famille avec la Razorblade, le premier modèle à écran commercialisé par Oakley.

oakley jawbreaker 2
Afin d’atteindre des performances dignes de ses meilleurs modèles, Oakley a cherché à offrir un champ de vision encore plus large, et surtout sans déformation. Comme sur tous les autres modèles de la marque, l’alignement de la monture se fait selon trois points afin de garantir une bonne assiette et un bon maintien des lunettes sans nuire au confort, même lors du port prolongé.
Oakley a ajouté une touche d’originalité au niveau des branches avec un système permettant d’ajuster la longueur pour s’adapter à tous les casques de vélo et à toutes les morphologies.

Le Switchlock adapté aux écrans

Le plus gros du travail effectué sur les Oakley Jawbreaker a été concentré sur l’inédit système Switchlock permettant de changer l’écran en quelques secondes. Car l’objectif était de concevoir un modèle où l’écran serait tenu par le haut mais aussi par le bas, Oakley poursuivant la commercialisation de la Radarlock. La difficulté reposait sur la transposition du système utilisé pour les Racing Jacket sur un modèle à écran panoramique. La Jawbreaker inaugure un nouveau mécanisme de fermeture libérant la moitié inférieure des lunettes pour sortir l’écran. Il suffit de lever les plaquettes nasales pour libérer un crochet s’insérant sur le haut de la monture. Une fois celui-ci sorti de son logement, le bas de la monture peut être ouvert.

Les deux "trous" visibles au niveau des charnières sont en fait les pivots permettant d'ouvrir le bas de la monture afin de changer d'écran
Les deux « trous » visibles au niveau des charnières sont en fait les pivots permettant d’ouvrir le bas de la monture afin de changer d’écran

Les Jawbreaker intègrent la gamme Sport d’Oakley. L’on retrouve donc les accessoires présents sur tous les autres modèles sportifs à savoir les plaquettes nasales en caoutchouc et les inserts sur les branches pour offrir un maximum de maintien. Côté verre, Oakley offre un large éventail de possibilités, incluant bien entendu les tous nouveaux verres Prizm Road et Trail. A coup sûr, ces lunettes vont équiper plus d’un coureur sur le prochain Tour de France. Notre article consacré aux lunettes du Tour de France confirmera ou non cette tendance. D’ici là, profitez du printemps pour aller rouler et profiter de vos Oakley.

Le crochet en métal au milieu de l'écran maintient en place la partie inférieure de la monture
Le crochet en métal au milieu de l’écran maintient en place la partie inférieure de la monture