Les verres photochromiques

Les verres photochromiques

5961

Garder les mêmes lunettes qu’il fasse grand beau ou que le ciel soit un peu couvert, c’est la promesse que font les verres photochromiques. Cependant, il faut nuancer ce propos car il n’existe aucun verre parfaitement polyvalent.

Transitions®, Zebra©, Cameleon©, Chromoflex©, Variochrom©, ces noms garnissent de plus en plus les catalogues de lunettes de soleil. En effet, jamais les verres photochromiques n’auront tenu une place aussi importante dans le monde des solaires. De plus en plus abordables, ils se substituent, en théorie, à l’achat de deux paires de lunettes de soleil.

Technologie :

Les verres photochromiques résultent de la combinaison d’un verre minéral ou synthétique et de molécules réagissant aux UV. Les verres minéraux intègrent dans leur structure un composé d’halogénures d’argent (type bromure d’argent). Lorsque les UV frappent les verres, la liaison argent – halogénure se brise, les molécules d’argent se regroupent et le verre s’assombrit.
Pour les verres synthétiques (polycarbonate par exemple), une couche d’oxazine est appliquée sur une face. Avec les UV, les liaisons dans les molécules se brisent et le verre s’assombrit, puis revient à sa teinte d’origine lorsqu’il n’est plus exposé aux UV.

Utilisation actuelle :

 

 

 

De nos jours, les verres photochromiques séduisent beaucoup de sportifs qui apprécient de pouvoir conserver les mêmes lunettes qu’ils soient en plein soleil ou en forêt. D’autant plus que certains verres photochromiques actuels atteignent la catégorie 4 (la plus élevée) et peuvent donc être utilisés en haute montagne. Ainsi, la marque de solaires Cébé a équipé les S’Track, ses lunettes dédiées au trail running et au trail, de verres photochromiques allant de la catégorie 2 à 4 strack(Cébé Variochrom). Dans la même catégorie la marque Julbo possède le verre caméléon, Octopus et le fameux Zebra. Si le verre Zebra passe de de catégorie 2 à  4, les verres Falcon et cameleon gardent cette plage de teinte, mais en plus ils sont polarisés

Capture d’écran 2014-05-30 à 13.19.28
Verre Julbo Octopus
Capture d’écran 2014-05-30 à 13.18.58
Verre Julbo Cameleon
Capture d’écran 2014-05-30 à 13.19.52
Verre Julbo Zebra

 

 

Inconvénients :

Malheureusement, bien que très intéressant sur le papier, les verres photochromiques possèdent plusieurs inconvénients parfois gênants qu’il faut prendre en considération lors de l’achat.
Les verres photochromiques se teintent en fonction de la quantité d’UV qu’ils reçoivent, et non de la luminosité, ce qui les rend parfaitement inutiles en voiture. En effet, votre pare-brise bloque la drivers-lensquasi-totalité des UV et vos verres resteront clairs, même en présence d’une forte luminosité. Il faut toutefois préciser que la marque Serengeti propose des verres conçus pour réagir à la lumière, même derrière une vitre ou un pare-brise.
Le second point faible des verres photochromiques et leur incapacité à supporter le froid. Exposés à des températures négatives (à partir de -5°C), le temps de réaction es verres est considérablement ralentis voir bloqué. Les verres se figent alors en position foncée et ne s’adaptent pas à la luminosité.
Enfin, le changement de teinte résultant d’une réaction chimique, il ne faut pas s’attendre à une réaction instantanée des verres lorsque la luminosité baisse. Il faut attendre entre 10 et 30 secondes pour que la réaction se fasse complètement.

Malgré quelques inconvénients, les verres photochromiques représentent un choix judicieux pour bon nombre de personnes et surtout de sportif. Leur capacité à s’adapter à la luminosité représente un atout pour les cyclistes, VTTistes et coureurs de fond qui pourront conserver leurs lunettes toute la journée sans se retrouver dans la pénombre au premier sous-bois venu.

 

Articles similaires

Lunettes Oakley

8468

Pas de commentaires

Laissez un commentaire